Technologie en Boulangerie Pâtisserie

Vybrať Najlepšie Si Ako SprávnyKombo Parfumy sk Pánske Ten fvYgI6b7y
    MENUMENU
    • Bases
      • Pétris­sage
        • For­ma­tion de la pâte
        • Méthodes de pétris­sage  
        • Les Maté­riels autour du Pétris­sage
      • Les mani­pu­la­tions
      • La fer­men­ta­tion
        • La Fer­men­ta­tion panaire
        • Le pointage et l'apprêt
        • Les méthodes de fer­men­ta­tion sur levure
        • Les fer­men­ta­tions sur levain natu­rel
        • Les méthodes de fer­men­ta­tion contrô­lée
        • Les outils uti­li­sés pour l’apprêt
      • La cuis­son
        • La pré­pa­ra­tion de l’enfournement
        • Le dérou­le­ment de la cuis­son
        • La com­bus­tion les com­bus­tibles
        • Les fours (géné­ra­li­tés)
        • Les fours à chauf­fage direct
        • Les fours à chauf­fage indi­rect
        • Les brûleurs-Choix d'un four
        • Les fours à sole mobile
        • Le Four Micro-Ondes
      • Evo­lu­tion Pâte et pro­duit
        • Le res­suage et le ras­sis­se­ment
        • Sur­gé­la­tion ~ Congé­la­tion
        • Les Appel­la­tions en Bou­lan­ge­rie
        • Les Signes de Qua­li­tés
        • Qua­li­té et Défauts des Pains
        • Qualités Physiques des Pâtes & Notion de Force
        • Conser­va­tion des Ali­ments
        • Les Alté­ra­tions Micro­biennes du Pain
      • Tech­niques Pâtis­sières
        • Méthodes d’Organisation en Pâtis­se­rie
        • Crème Pâtis­sière
        • La crème Anglaise
        • Pâte Feuille­tée
        • Pâte à choux
        • Les Cakes
        • Le Bis­cuit ~ La Génoise
        • Pâtes Friables Pâte à fon­cer ~ Pâte sablée
        • Les Meringues
        • La crème fouet­tée ou Chan­tilly
      • Le Bio­lo­gique
      Le Guerlain ParfumMon L'essence Exclusif Du Point 6yfgYvb7
    • Matières pre­mières
      • Consti­tuants Pain et Pâte
        • Le Blé His­toire et Culture
        • Le blé – transformation – mouture
        • La farine
        • L’eau
        • La levure de bou­lan­ge­rie
        • Le sel
        • Les Addi­tifs
        • Les farines issues d’autres céréales
        • Les Graines
      • Consti­tuants Vien­noi­se­rie Pâtis­se­rie
        • Le Lait
        • La Crème de lait
        • Le Beurre
        • Margarine – Huile
        • Les Œufs
        • Le Sucre ~ Sac­cha­rose
        • Les Spi­ri­tueux
        • Les Colo­rants
        • Les Fruits
        • Les akènes
        • Le Cacao
        • Les Géli­fiants ~ Épais­sis­sants
        • Les ami­dons modi­fiés
      • Pro­duits Ali­men­taires Inter­mé­diaires
        • Les Géla­tines
        • Pré­pa­ra­tions de bou­lan­ge­rie et pâtis­se­rie
        • Autres P.A.I.
        • Rouge En Eau De Parfum Quatre xBeordC

        • Fourrages aux fruits – Arômes
        • Les Poudres levantes
    • Recettes
      • Les Pains
        • Panification en Direct "Fermentation sur Direct"
        • Pani­fi­ca­tion en dif­fé­rée «Fer­men­ta­tion sur Direct»
        • Panification en Direct "Fermentation sur Poolish"
        • Baguette de tra­di­tion sur levain ferme
        • Baguette de tra­di­tion sur levain liquide
        • Pain au levain (levain ferme)
      • Pains spé­ciaux
        • Les pains à carac­tère nutri­tion­nel
        • Pain de Cam­pagne sur pâte fer­men­tée
        • Pain de cam­pagne sur levain ferme
        • Pain de Cam­pagne sur Poo­lish
        • Pain aux Céréales
        • Pain Cia­bat­ta
        • Pain de Lodève
        • Pain Com­plet
        • Pain au Son sur pâte fer­men­tée
        • Pain de Seigle sur pâte fer­men­tée
        • Pain de Seigle sur Poo­lish
        • Pain de méteil
        • Pain Vien­nois
        • Pain de Mie
        • Pain Brié
        • Petits Pains Sué­dois
        • Petits Pains de Gruau
        • Le pain Empe­reur
        • Pain aux Noix sur levain liquide
        • Pain au Glu­ten
      • Vien­noi­se­rie
        • La Vien­noi­se­rie Géné­ra­li­tés
        • La vien­noi­se­rie code des usages
        • Les tresses
        • Pâte Levée Feuille­tée sur Direct
        •  Pâte Levée Feuille­tée sur Pâte Fer­men­téeOz Toilette About Details Men Spray 12 Bleu 3 Tester 3 By Lacoste L De Eau 12 UpVLqzMSG
        • Pâte levée Feuille­tée Sur levain liquide
        • Pâte levée feuille­tée riche sur poo­lish 1/3 rapide
        • Pain au Lait Brio­ché sur Direct
        • Pain au Lait Brio­ché sur Pâte Fer­men­tée
        • Pain au Lait Brio­ché Riche Sur Poo­lish Rapide 1/4
        • Pain Brio­ché sur Direct
        • Pâte à Brioche sur Direct
        • Brioche sur Poo­lish
      • Pâtisserie/Traiteur
        • Recette du Feuille­tage
        • Crème d’Amandes
        • Crème Pâtis­sière
    • Culture Pro­fes­sion­nelle
      • His­toire de la Bou­lan­ge­rie
      • Hygiène Pro­fes­sion­nelle
      • Guide de Bonnes Pratiques et d'Hygiène en Pâtisserie
      • Tech­niques du Froid
      • L’aménagement de l’espace et des postes de tra­vail
      • L’ Approche Sen­so­rielle
      • Les docu­ments de tra­vail
      • Sécu­ri­té Elec­trique
      • Uti­li­sa­tion, Hygiène, Sécu­ri­té des Maté­riels et Equi­pe­ments
      • La com­mer­cia­li­sa­tion
      • Pâtis­se­rie : déno­mi­na­tions de vente fixées par les usages
      • La méthode HACCP
      • Notions de base de Ges­tion en Bou­lan­ge­rie – Pâtis­se­rie
      • Cahier des charges cadre pour la farine de blé tendre des­ti­née à la pani­fi­ca­tion en bou­lan­ge­rie
      • Plan de Main­te­nance et Contrôles régle­men­taires
      • Le Pain Bio-Régle­men­ta­tion
      • Le Déve­lop­pe­ment durable
    • Voca­bu­laire
      • Voca­bu­laire ( A )
      • Voca­bu­laire ( B )
      • Voca­bu­laire ( C )
      • Voca­bu­laire ( D )
      • Voca­bu­laire ( E )
      • Voca­bu­laire ( F )
      • Voca­bu­laire ( G – H – I – J )
      • Voca­bu­laire ( L )
      • Vocabulaire ( M – N – O )
      • Voca­bu­laire ( P )
      • Parfum De 30 Ml Repetto Eau WYDH29IE
      • Vocabulaire ( R – S )
      • Vocabulaire ( T – V – Z )
    • Péda­go­gie
      • A Savoir
        • A Savoir Cer­ti­fi­cat d’Aptitude Pro­fes­sion­nel
        • A Savoir Men­tion Com­plé­men­taire Bou­lan­ge­rie Spé­cia­li­sée
        • A Savoir Men­tion Com­plé­men­taire Pâtis­se­rie Bou­lan­gère
        • A Savoir Bac­ca­lau­réat Pro­fes­sion­nel Bou­lan­ger Pâtis­sier
        • A Savoir Bre­vet Pro­fes­sion­nel Bou­lan­ger
      • For­ma­tion des ensei­gnants
      • Référentiel « d'activités et de compétences »
      • Outils péda­go­giques
    • Plan & Crédits
      • Plan du site
      • Remerciements & Crédits
      • A.A.I.N.B – Association Nationale des Professeurs de Boulangerie

 Ori­gine et his­toire du sucre
La Pho­to­syn­thèse _ Défi­ni­tion du sucre
Pro­prié­tés phy­siques et chi­miques
Formes de com­mer­cia­li­sa­tion _ Cri­tères de choix
Sto­ckage _ Pré­cau­tions d’emploi

Opé­ra­tions suc­ces­sives de l’extraction du sucre de bet­te­raves
Rouge En Eau De Parfum Quatre xBeordC

Stades de cuis­son d’un sirop de sucre _ Rôles du sac­cha­rose
Rôle spé­ci­fique dans les pré­pa­ra­tions _ Le miel

Défi­ni­tion d’un pro­duit édul­co­rant
Uti­li­sa­tion du sucre en bou­lan­ge­rie

 Ori­gine et his­toire du sucre

La canne à sucre est connue en Chine, en Inde et en Égypte depuis des mil­lé­naires. Les théo­ries les plus récentes font remon­ter son ori­gine à la Nou­velle-Gui­née. De ce ber­ceau, la culture de la canne à sucre aurait été expor­tée vers les Nou­velles Hébrides, la Nou­velle Calé­do­nie, les Célèbes, Bor­néo, Java, l’Indochine, l’Inde et la Chine. Les peuples d’Orient apprirent l’existence du roseau sucré lorsque les troupes d’Alexandre le Grand explo­raient la val­lée de l’Indus.

À tra­vers l’histoire de l’humanité, le bras­sage des popu­la­tions dû aux guerres et aux échanges com­mer­ciaux, par­ti­ci­pa lar­ge­ment à l’expansion de la canne à sucre. C’est avec les croi­sades que le sucre s’est répan­du en Europe. L’industrie de la canne devient donc impor­tante dans le sud de l’Espagne et le com­merce du sucre de canne pro­ve­nant du Moyen-Orient tombe sous le contrôle des com­mer­çants Véni­tiens. Par la suite, la culture de la canne à sucre fut intro­duite dans les colo­nies : Madère, Îles Cana­ries, Açores, Répu­blique Domi­ni­caine, Haï­ti, Por­to Rico, Cuba, etc.

À la dif­fé­rence de la bet­te­rave, la canne à sucre est culti­vée dans les pays tro­pi­caux. De ce fait, elle est expor­tée sous forme de sucre brut pro­ve­nant des usines appe­lées « mou­lins » qui sont opé­rées dans le voi­si­nage des champs de culture. Le raf­fi­nage du sucre brut est donc effec­tué par la suite dans les « raf­fi­ne­ries » situées dans les pays impor­ta­teurs.

La Bet­te­rave dont des­cendent les varié­tés actuelles de bet­te­raves sucrières, serait ori­gi­naire du Moyen-Orient.

C’est l’agronome O. de Serres qui aurait remar­qué, dès la fin du XVIe siècle, sa forte teneur en sucre, puis le cher­cheur alle­mand A. S. Mar­graff qui publia en 1747 une thèse étu­diant les pos­si­bi­li­tés d’extraction du sucre de dif­fé­rentes plantes, dont notam­ment, la bet­te­rave sucrière. Il est recon­nu inter­na­tio­na­le­ment comme le père fon­da­teur de cette tech­nique.

Mais c’est grâce à son élève Ch. F. Achard qui réus­sit à convaincre l’empereur Fré­dé­ric II de l’importance de cette décou­verte, que 55 ans plus tard, en 1802, s’ouvre la pre­mière usine de trai­te­ment (envi­ron 70kg de bet­te­raves par jour) implan­tée à Kür­nen-sur-Oder en Silé­sie.

Pour répondre au blo­cus éco­no­mique impo­sé par les armées bri­tan­niques sur les ports fran­çais, Napo­léon 1er prit la déci­sion de contri­buer à la recherche d’une solu­tion indus­trielle.

En effet, devant la pénu­rie engen­drée par cette situa­tion, il fal­lut trou­ver une solu­tion pour pro­duire du sucre à par­tir d’une plante culti­vée sur place

C’est B. Deles­sert qui par­vint pour la pre­mière fois à réa­li­ser une trans­for­ma­tion sur des quan­ti­tés impor­tantes et fabri­quer dès 1811 les pre­miers pains de sucre de bet­te­rave. Ain­si, naît la pre­mière véri­table indus­trie du sucre en Europe.

Actuel­le­ment la pro­duc­tion mon­diale de sucre se répar­tit à hau­teur de75% pour la canne à sucre et de 25% pour la bet­te­rave sucrière.

Guerlain Parfum De Idéal L'homme ⋅ Eau fb7ygY6v

Au cours des 300 der­nières années, la consom­ma­tion de sucre dans le monde est pas­sée de moins de 2,3 kg par an et par per­sonne à plus de 46 kg par an et par per­sonne. Et cela est un chiffre moyen cal­cu­lé en incluant les bébés et les per­sonnes qui ne consomment que très peu de sucre. Ce qui veut donc dire qu’un grand nombre de per­sonnes consomment plus de 90 kg de sucre par an…

Le sucre consom­mé (sac­cha­rose) pro­vient géné­ra­le­ment de la tige de la canne à sucre ou de la racine de la bet­te­rave. On extrait aus­si des sucres d’autres plantes comme le pal­mier dat­tier « sucre de palme » ou l’érable « sirop d’érable » …

Retour haut de page

 Méca­nisme de la Pho­to­syn­thèse :

Les plantes uti­lisent l’énergie solaire pour trans­for­mer l’eau du sol et le gaz car­bo­nique de l’air en matières orga­niques : glu­cides ou sucres. Ce phé­no­mène s’appelle : pho­to­syn­thèse.

L’énergie lumi­neuse cap­tée par la chlo­ro­phylle per­met la trans­for­ma­tion du gaz car­bo­nique (dioxyde de car­bone, CO2) en sucre.

Retour haut de page

 Défi­ni­tion du sucre

« Le sucre » sans autre qua­li­fi­ca­tif, est du sac­cha­rose puri­fié et cris­tal­li­sé, de qua­li­té saine, loyale et mar­chande.

Il fait par­tie des glu­cides rapi­de­ment assi­mi­lés par l’organisme.
C’est un apport éner­gé­tique et sa part est impor­tante dans notre ali­men­ta­tion.
Chaque fran­çais en consomme en moyenne 35kg par an.

Retour haut de page

 Pro­prié­tés Phy­siques et Chi­miques du Sac­cha­rose

Le sac­cha­rose appe­lé com­mu­né­ment « sucre » est une sub­stance natu­relle com­po­sée de car­bone, d’hydrogène et d’oxygène. C’est un diho­lo­side for­mé d’une molé­cule de glu­cose et d’une molé­cule de fruc­tose. Sa for­mule brute est C12H22O11.

Le sac­cha­rose est un glu­cide. (Ali­ment com­po­sé de Car­bone, Hydro­gène et Oxy­gène)Original TerbaikLa Nuit Cosmetic perfumeamp; Tresor By Wangian Lancome xBorCde
  • Corps solide, blanc, brillant ; il se pré­sente sous forme de cris­taux.
  • Il est inodore et de saveur sucrée.
  • Il n’absorbe pas les odeurs.
  • Il est très soluble dans l’eau, et inso­luble dans l’alcool pur.
  • Sa solu­bi­li­té aug­mente avec la tem­pé­ra­ture, (1 litre d’eau à 20°C dis­sout 2kg de sucre, alors qu’un litre d’eau à 100°C dis­sout 5 kg de sucre).
  • Il entre en Fusion à 160°C et il brûle à 190°C.
  • Dilué dans l’eau et por­té à ébul­li­tion en pré­sence d’un acide (acide citrique, acide tar­trique, etc…), le sac­cha­rose se dédouble en ses com­po­sants d’origine. Ce mélange équi­mo­lé­cu­laire s’appelle alors : « SUCRE INVERTI » (TRIMOLINE).
    L’hydrolyse du sac­cha­rose a pour effet de rompre la liai­son osi­dique en libé­rant du glu­cose et du fruc­tose en quan­ti­tés équi­mo­laires.
Acti­vi­té de l’eau

Une autre pro­prié­té impor­tante du sac­cha­rose est sa capa­ci­té d’hydratation. Cette carac­té­ris­tique affecte l’activité de l’eau (aw) de la solu­tion ou du pro­duit dans lequel le sac­cha­rose est pré­sent. L’apparence et la tex­ture du pro­duit, la sen­sa­tion du pro­duit dans la bouche et le temps de conser­va­tion du pro­duit est ain­si affec­tée.

Retour haut de page

 Formes de Com­mer­cia­li­sa­tion :

Sucre cris­tal­li­sé blanc

Recueilli dans les tur­bines après concen­tra­tion sous vide et cris­tal­li­sa­tion des sirops. Pou­voir sucrant = 100.

Sucre en poudre ou semoule

Pro­duit obte­nu par tami­sage et broyage du sucre cris­tal­li­sé blanc.

Sa gra­nu­lo­mé­trie est située entre celle du sucre cris­tal et du sucre glace. Il est sur­tout uti­li­sé pour incor­po­ra­tion dans les pâtes ou appa­reils de pré­pa­ra­tions pâtis­sières.

Sucre glace

Pro­duit obte­nu par broyage très fin de sucre cris­tal­li­sé blanc et addi­tion­né d’amidon (3% en moyenne) pour évi­ter sa prise en bloc. Il est uti­li­sé notam­ment dans l’enrobage des des­serts et des pâtis­se­ries.

Le sucre en grains (éga­le­ment appe­lé sucre per­lé ou sucre cas­son)

Sucre dur, obte­nu par com­pres­sion de sucre raf­fi­né, ensuite, le sucre est tami­sé et les per­lés sont ain­si sépa­rés des sciures.

Les perles blanches et com­pactes font mer­veille dans la pré­pa­ra­tion des pâtes levées (gaufres, brioches, cra­que­lins pour le décor des vien­noi­se­ries, des chou­quettes).

Sucre mou­lé en mor­ceaux

Cris­taux de sucre blanc ou roux, encore chauds et humide, pro­ve­nant des tur­bines, com­pres­sés auto­ma­ti­que­ment dans des moules et agglo­mé­rés entre eux par séchage.

Le sucre pour confi­tures

Sucre blanc addi­tion­né de pec­tine natu­relle de fruits (0,4 à 1 %), d’acide citrique ali­men­taire (0, 6 à 0,9% ) et quel­que­fois d’acide tar­trique.

Le sucre vanillé

Sucre aro­ma­ti­sé à la vanille natu­relle (à l’extrait ou à l’essence de vanille)Rouge En Eau De Parfum Quatre xBeordC

La Ver­geoise

Pro­ve­nant d’un sirop de bet­te­rave colo­ré et par­fu­mé par les com­po­sants natu­rels de sa matière pre­mière.

La Cas­so­nade

La cas­so­nade est un sucre cris­tal­li­sé brun obte­nu direc­te­ment à l’issue de la pre­mière cuis­son du jus de canne. Moins pur que le sucre cris­tal­li­sé blanc, ce sucre brun contient envi­ron 95 % de sac­cha­rose ain­si que des impu­re­tés rési­duelles (sels miné­raux, matières orga­niques) qui lui donnent sa cou­leur et ses notes aro­ma­tiques.

Sucre can­di brun ou blanc

Le sucre can­di résulte de la cris­tal­li­sa­tion, pen­dant 10 à 12 jours, d’un sirop très pur concen­tré et chaud. Le sirop est ensuite refroi­di len­te­ment à tem­pé­ra­ture ambiante. C’est la cara­mé­li­sa­tion qui lui donne sa cou­leur brune carac­té­ris­tique.

Sucre liquide

Solu­tion de sucre de bet­te­rave ou de canne, inco­lore ou ambrée, obte­nue par refonte du sucre sec : par réhy­dra­ta­tion en eau démi­né­ra­li­sée et « flash-pas­teu­ri­sa­tion », soit par échange d’ions à par­tir du sirop d’évaporation pour fixer les impu­re­tés.

Sucre inver­ti

Pro­duit liquide obte­nu par inver­sion non com­plète ou « hydro­lyse » du sac­cha­rose en glu­cose et fruc­tose, sous l’action de deux agents : aci­di­té ( pH) et tem­pé­ra­ture, voire l’action com­bi­née avec des enzymes.

Pou­voir sucrant = 130

Le Glu­cose

Le glu­cose est un sucre simple, encore appe­lé mono­sac­cha­ride, pré­sent natu­rel­le­ment dans l’organisme, mais il est aus­si un consti­tuant des disac­cha­rides et de poly­sac­cha­rides (asso­cié à d’autres sucres pour for­mer par exemple le sac­cha­rose) Le glu­cose a un pou­voir sucrant plus faible que le sac­cha­rose = 38.

Il est uti­li­sé pour empê­cher la recris­tal­li­sa­tion des sucres cuits.

Le Dex­trose

Le glu­cose sous forme cris­tal­li­sée est ven­du sous l’appellation « dex­trose » pour évi­ter toute confu­sion avec les sirops de glu­cose. Le dex­trose est pro­duit par hydro­lyse enzy­ma­tique de l’amidon com­bi­nant α- et β-amy­lases, sui­vi de la puri­fi­ca­tion, de la concen­tra­tion, de la cris­tal­li­sa­tion, de la cen­tri­fu­ga­tion et du séchage. Il se pré­sente sous la forme d’une poudre cris­tal­line blanche au goût sucré, très soluble dans l’eau. Le dex­trose mono­hy­drate contient une molé­cule d’eau pour chaque molé­cule de dex­trose. Il s’agit d’un mono­sac­cha­ride avec un DE de 100. Il se carac­té­rise prin­ci­pa­le­ment par sa teneur en dex­trose (min. 99,5 % en sub­stance sèche).Bougie Monoï ParfuméeDiffuseur L'ombre De Parfum Lot 40° Lothantique Au À UzqSVGMp

Le Fruc­tose

Il se trouve natu­rel­le­ment dans les Fruits.
Il est uti­li­sé prin­ci­pa­le­ment en phar­ma­cie.
Il a un pou­voir sucrant très éle­vé = 173

Fon­dant

Masse blanche, souple et col­lante, de consis­tance épaisse, pro­ve­nant de la semi-cris­tal­li­sa­tion du sac­cha­rose.

Retour haut de page

 Cri­tères de choix

  • CRITERES DE FRAICHEUR : notam­ment le contrôle de la DDM Date de Dura­bi­li­té. Mini­male.
  • ORIGINE :Rouge En Eau De Parfum Quatre xBeordC canne à sucre ou bet­te­rave sucrière.
  • CONDITIONS DE CULTURE : méthode arti­sa­nale / indus­trielle, pro­duit bio ou non …
  • PUISSANCE AROMATIQUE : d’un sucre roux, d’un sucre cas­so­nade, d’un sucre Mos­co­va­to (Bio et Equi­table) par rap­port à un sucre blanc.
  • GRANULATION des cris­taux de sucre en fonc­tion du mode d’utilisation (sucre cris­tal­li­sé dans un liquide, sucre semoule fin dans une pâte, …) ou en fonc­tion de l’effet recher­ché (sucre cas­son pour appor­ter du cro­quant aux fabri­ca­tions).
  • POUVOIR SUCRANT : le pou­voir sucrant du sac­cha­rose est par conven­tion fixé à 100. Il sert de point de com­pa­rai­son pour le pou­voir sucrant des autres matières sucrantes.
  • COUT : étude com­pa­ra­tive néces­saire.

Retour haut de page

 Sto­ckage du Sac­cha­rose

Etat cris­tal­li­sé :
  • Sto­ckage en réserve sèche, à tem­pé­ra­ture ambiante,
  • Pro­tec­tion her­mé­tique (réci­pient fer­mé her­mé­ti­que­ment, film au contact…) pour évi­ter tout risque de mot­tage par reprise d’humidité (apti­tude de tout pro­duit déshy­dra­té ou à faible niveau d’aw à atti­rer l’eau envi­ron­nante),
  • Hors sol.

Retour haut de page

 Pré­cau­tions d’emploi

  • Véri­fier l’intégrité du condi­tion­ne­ment (pour évi­ter tout risque de conta­mi­na­tion par des nui­sibles)
  • Conser­ver rigou­reu­se­ment les éti­que­tages (tra­ça­bi­li­té).
  • Rouge En Eau De Parfum Quatre xBeordC
  • Peser soi­gneu­se­ment la quan­ti­té de sucre néces­saire.
  • Prendre la pré­cau­tion de dis­soudre le sucre dans tout élé­ment liquide avant de pro­cé­der au mélange, ou dis­soudre le sucre dans un élé­ment aqueux (œuf par exemple) en fouet­tant vigou­reu­se­ment.

Retour haut de page

 Opé­ra­tions Suc­ces­sives de l’Extraction du Sucre de Bet­te­raves (Sucre­rie)

  1. Lavage des bet­te­raves
  2. Pesage
  3. Décou­page en cos­settes
  4. For­ma­tion d’un sirop de sucre à par­tir des cos­settes (Dif­fu­sion)
  5. Chau­lage et car­bo­na­ta­tion
  6. Fil­tra­tion du sirop de sucre
  7. Éva­po­ra­tion (concen­tra­tion du jus sucré)
  8. Cris­tal­li­sa­tion
  9. Malaxage et tur­bi­nage
  10. Obten­tion du sucre de
    • 1er JET : sucre cris­tal­li­sé blanc, puis du sucre de
    • 2eme JET : sucre cris­tal­li­sé roux.et enfin du sucre de
    • 3eme JET : sucre cris­tal­li­sé brun.

Le rési­du est un sirop bru­nâtre : La Mélasse

L’extraction du sucre de la canne à sucre com­prend les mêmes opé­ra­tions à l’exclusion des pre­mières opé­ra­tions. La dif­fu­sion conti­nue est rem­pla­cée par le broyage de la canne à sucre ce qui per­met d’extraire le jus sucré appe­lé le « vesou ».

La mélasse

 La mélasse est le rési­du bru­nâtre, incris­tal­li­sable et vis­queux, issu de la fabri­ca­tion du sucre. Il contient encore 35 % de sac­cha­rose et bien d’autres sub­stances.

Une bonne par­tie de la mélasse pro­duite par les sucre­ries est uti­li­sée pour la pro­duc­tion du rhum indus­triel. Une autre frac­tion est uti­li­sée dans l’alimentation des ani­maux et une autre encore pour la culture des levures.

La mélasse est aus­si uti­li­sée, pour la pro­duc­tion de divers pro­duits, tels que l’acide acé­tique (vinaigre), l’acide citrique, le gly­cé­rol, l’acide aco­ni­tique, le glu­ta­mate, l’acide ita­co­nique, la lysine et l’éthanol.

Acide aco­ni­tine : Sub­stance ser­vant à la pré­pa­ra­tion de plas­ti­fiants et d’agents mouillants
Acide ita­co­nique Sub­stance par­ti­ci­pant dans la fabri­ca­tion de matières plas­tiques

Retour haut de page

 Stades de cuis­son d’un sirop de sucre

Rouge En Eau De Parfum Quatre xBeordCDe Hermes Doré Eau Neroli Parfum hdotsrxBQCSaint Opium Vapo Yves Laurent Edp Black eE2IbDH9YWÀ Les Parfums Édition Noëlen Offrir Limitée Plus Beaux Coffrets QCdBxoeWr
Tableau de la cuis­son d’un sirop de sucre com­po­sé d’un litre d’eau et d’un Kilo de sucre.
Dési­gna­tion des prin­ci­paux degrés de cuis­son Cor­res­pon­dance en degrés Cel­sius Cor­res­pon­dance en den­si­té Moyen de recon­naître les degrés de cuis­son Uti­li­sa­tion des dif­fé­rents sirops
Ébul­li­tion au sirop 100°C. 1.2407    
Petit lis­sé 103°C. 1.2964 Un peu de sirop de sucre pris entre le pouce et l’index forme en écar­tant les doigts, un petit filet qui se rompt aus­si­tôt Pour:
Gelées, confi­tures,
Gommes aux fruits,
Lis­sé 104°C. 1.3082    
Nap­pé 1050C. 1.3199    
Grand lis­sé 107°C 1.3574 Le flet s’allonge un peu (2 à 3 cm) Pour:
 Pâte de fruits, Pâte à crous­tillant cro­quant, flo­ren­tin.
Filet 1100C. 1.3834 Le filet se sou­tient sans se rompre  
Petit souf­flé 113°C.   Après avoir trem­pé les doigts dans l’eau froide, puis dans le sirop bouillant Pour:
Dra­gées, pra­lines,
Bon­bons liqueurs,
Sabler une préparation(Exemple fruits secs)
Grand souf­flé ou morve 115°C   on les trempe a nou­veau dans l’eau froide, le sirop doit res­ter épais MORVEUX entre les doigts.  
Petit bou­lé 115°C à 117°C   Quand on répète l’opération pré­cé­dente, le sucre rame­né entre les doigts doit pou­voir être rou­lé en boule molle. Pour:
Meringue Ita­lienne,
 fon­dant mou,
Pâte d’amandes,
cara­mel mou
Bou­lé 118°C à 1209C
  Quand on répète (opé­ra­tion pré­cé­dente, le sucre rame­né entre les doigts doit pou­voir être rou­lé en boule de consis­tance moyenne. ,
Gros bou­lé 121°C à 127°C   Opé­ra­tion iden­tique, le sucre rame­né entre les doigts doit pou­voir être rou­lé en boule ferme et consis­tance Pour:
Meringue Ita­lienne
Crème au beurre
Pâte à bombe
Petit cas­sé 128°C à 1420C   Quand on répète l’opération pré­cé­dente, le sucre se soli­di­fie.
II est très cas­sant si on le croque.
Il ne colle pas aux dents.
Pour:
Nou­gat blanc
Gui­mauve
Ber­lin­gots
Grand cas­sé 143°C à154°C.   Même opé­ra­tion, le sucre est  deve­nu très cas­sant si on le croque : il ne colle plus aux dents. Pour:
Sucre flet
Cara­mel dur
Sucre souf­flé et bul­lé.
Sucre d’orge ou
Petit jaune
155°C à 160°C.  Rouge En Eau De Parfum Quatre xBeordC Moyen de recon­naître les degrés de cuis­son Pour:
Sucre d’orge, sucre cou­lé,  tiré
Le cara­mel au
Grand jaune
160 °C à 175«C     Pour:
Cro­quem­bouche, nou­ga­tine
Cara­mel 176°C à 190°C.     Pour:
Essence de café
RECETTE EXEMPLE  D’UN SIROP A 1.2624 DE DENSITÉ
Elé­ment de  com­po­si­tion : Sucre  cris­tal­lise 1200g Eau de dis­so­lu­tion 1  litre

Tableau de la cuis­son d’un sirop de sucre com­po­sé d’un litre d’eau et d’un kilo­gramme de sucre :

De Calvin Klein Downtown Avis Parfum J5T1uK3lFc

Retour haut de page

 Rôles du sac­cha­rose

Agent de conser­va­tion

  • Réduc­tion des risques de pro­li­fé­ra­tion micro­bienne.
  • Effet dépres­seur de l’aw d’un pro­duit par sa capa­ci­té à se lier à l’eau, dimi­nuant la quan­ti­té d’eau libre, ce qui a pour effet d’augmenter la durée de conser­va­tion du pro­duit.
  • Solu­bi­li­té à 20°C : 204 g / 100ml
  • Anti-oxy­dant (pro­tec­tion contre les dégra­da­tions oxy­da­tives des arômes des fruits. Réduc­tion du ran­cis­se­ment des matières grasses.

Agent de tex­ture

  • Dimi­nu­tion de la fixa­tion d’eau par les pro­téines de la farine, ren­dant la pâte moins élas­tique.
  • Aug­men­ta­tion de la tolé­rance des pro­téines de l’œuf au trai­te­ment ther­mique.
  • Cher Thierry Tonka Pure Parfum De A Mugler Pas Homme Pour Men O8knP0w
  • Aug­men­ta­tion de la tem­pé­ra­ture de géla­ti­ni­sa­tion de l’amidon.
  • Abais­se­ment du point de congé­la­tion d’une pré­pa­ra­tion.
  • Flui­di­té de la masse (en cho­co­la­te­rie) par la pré­sence de sucre.
  • Fabri­ca­tion de bis­cuit : plus la concen­tra­tion en sucre est éle­vée, plus la pâte a ten­dance à s’étaler en cuis­son ; plus la gra­nu­lo­mé­trie est éle­vée, moins la pâte s’étale.

Agent de colo­ra­tion

  • Réac­tion du glu­cose et du fruc­tose (sucres réduc­teurs issus de l’hydrolyse du sac­cha­rose) en pré­sence de matières azo­tées au cours de réac­tions com­plexes nom­mées Réac­tions de Maillard.
  • Réac­tion de pyro­lyse des sucres sous l’action de la cha­leur avec for­ma­tion de pig­ments bruns.

Agent exhaus­teur de goût

  • Régu­la­teur de saveur (Atté­nua­tion de l’amertume ou de l’acidité d’un pro­duit)
  • Rôle d’exhausteur de goût : syner­gie du sucre et du sel dans la per­cep­tion sen­so­rielle, afin de rehaus­ser les saveurs sucrées de Pâtis­se­rie.

Agent de fer­men­ta­tion

  • Sub­strat de la fer­men­ta­tion à faible concen­tra­tion ; action inhi­bi­trice de la fer­men­ta­tion à forte concen­tra­tion de sucre, par son pou­voir hygro­sco­pique, entraî­nant la réduc­tion de la quan­ti­té d’eau libre dans la pâte néces­saire au déve­lop­pe­ment des levures).
    (NB : le sucre joue le même rôle que le sel : sa quan­ti­té influe sur la fer­men­ta­tion).
  • Le sucre agit comme régu­la­teur de la fer­men­ta­tion dans les fabri­ca­tions de type pâtes levées fer­men­tées (type pâte à brioche, pâte à sava­rin, …).

Retour haut de page

 Rôle spé­ci­fique du Sucre dans les pré­pa­ra­tions :

Rôle spé­ci­fique du sucre dans les pré­pa­ra­tions
Dans les pâtes Régu­la­teur de la fer­men­ta­tion
Exhaus­teur de goût
Donne de la colo­ra­tion
Conser­va­tion des pro­duits
Apporte de la sou­plesse
Goût
En confi­se­rieDe Toilette Coffret Eau Code Homme Armani FJcT1Kl Sou­plesse et plas­ti­ci­té
Goût
Moel­leux
Dans les crèmes Goût.
Élas­ti­ci­té.
Rehaus­seur de saveur
En gla­ce­rie Agir sur le point de congé­la­tion.
Amé­liore la tex­ture.
Évite la cris­tal­li­sa­tion hydrique.

Retour haut de page

 Le miel

Défi­ni­tion et ori­gine du miel

Le miel est une den­rée ali­men­taire pro­duite par les abeilles. Le miel est com­po­sé de glu­cose et de fruc­tose.

Sucre inver­ti natu­rel, pro­duit par les abeilles mel­li­fiques à par­tir du nec­tar des fleurs ou de sécré­tions pro­ve­nant des plantes qu’elles butinent.

  • Trans­for­ma­tion par­tielle du sac­cha­rose par voie enzy­ma­tique (inver­tases conte­nues dans le jabot des abeilles),
  • Sub­stance vis­queuse, de cou­leur jaune de réfé­rence

C’est pas sor­cier – Qui miel me suive

Retour haut de page

 Défi­ni­tion d’un pro­duit édul­co­rant :

Ligne À Achat Prix leclerc De Toilette HommeFemme Eau En E qSjLzMVUpG

Un édul­co­rant est un pro­duit qui à la pro­prié­té de com­mu­ni­quer une saveur sucrée aux pré­pa­ra­tions dans les­quelles il est incor­po­ré.

Le sac­cha­rose est l’édulcorant le plus uti­li­sé dans notre pro­fes­sion.

On classe les édul­co­rants en 2 grands groupes :

Les édul­co­rants pon­dé­reux :

Ces pro­duits pré­sentent les carac­té­ris­tiques proches de celles du sucre.

Les édul­co­rants pon­dé­reux sont clas­sés en 2 groupes :

  • les sucres: miel, glu­cose, sac­cha­rose, fruc­tose, sucre inver­ti et le mal­tose
  • les poly­ols: sor­bi­tol, xyli­tol, iso­malt, man­ni­tol 

Les édul­co­rants intenses :

Ces pro­duits ont par rap­port aux édul­co­rants pon­dé­reux un pou­voir sucrant (P.S.) éle­vé mais un pou­voir calo­rique faible.

Ils n’ont aucun impact sur la gly­cé­mie (taux de sucre san­guin), et conviennent aux per­sonnes dia­bé­tiques.
(Sac­cha­rine E954, Aspar­tame E951, Acé­cul­fame E950, Sucra­lose E955).

L’Aspartame :

C’est un édul­co­rant arti­fi­ciel décou­vert en 1965. L’aspartame est auto­ri­sé en France depuis 1988 et est codé E951 dans la clas­si­fi­ca­tion euro­péenne des addi­tifs ali­men­taires.

C’est l’édulcorant intense le plus fré­quem­ment employé dans le monde, il est uti­li­sé dans près de 5000 pro­duits à tra­vers le monde (les gommes sans sucre, les bois­sons allé­gées et autres gâteaux du même type) et de plus de 600 spé­cia­li­tés phar­ma­ceu­tiques, dont plus de 2 000 ven­dues en Europe.

Sa consom­ma­tion est sur­tout moti­vée par le fait qu’il n’apporte que très peu de calo­ries car il a un pou­voir sucrant 200 fois supé­rieur au sac­cha­rose. L’aspartame a aus­si l’avantage de ne pas favo­ri­ser les caries et d’être un édul­co­rant bon mar­ché.

Il est uti­li­sé sous forme de sucrettes ou de poudre blanche (en sachet ou boîte) pou­vant se sub­sti­tuer au sucre, dans le café ou le thé, pâtis­se­ries ou autres.

Le ste­via :

Auto­ri­sé sur le mar­ché fran­çais comme édul­co­rant depuis 2010, le ste­via se pré­sente comme une alter­na­tive directe à l’aspartame.
Le ste­via pro­vient d’une plante de la famille des asté­ra­cées (comme la chi­co­rée, l’artichaut, la lai­tue…) bien connue des indiens Gua­ra­ni du Para­guay qui s’en servent depuis long­temps dans leur ali­men­ta­tion.

Les sté­viols gly­co­sides que la plante ren­ferme ont un pou­voir sucrant jusqu’à 300 fois plus intense que le sac­cha­roseRouge En Eau De Parfum Quatre xBeordC sans appor­ter de calo­ries. On trouve l’édulcorant sous forme de sucrettes, de sachets en poudre ou de condi­tion­ne­ment liquide des­ti­né aux pré­pa­ra­tions culi­naires.
Sur les éti­quettes vous pou­vez lire les dif­fé­rents types de sté­viols gly­co­sides :

  • le sté­vio­side,
  • le rébau­dio­side A,
  • le rébau­dio­side C,
  • et le dul­co­side A. 

En 2010, la France auto­rise par décret l’une des molé­cules de la plante, le ‘’rébau­dio­side A’’ pur à 97%. En novembre 2011, la com­mis­sion euro­péenne approuve l’utilisation des autres gly­co­sides de sté­viols issus de la plante dans plu­sieurs caté­go­ries d’aliments et de bois­sons au sein de l’Union euro­péenne à condi­tion qu’ils soient purs à 95%.

Retour haut de page

Zones d’ombre et argu­ments mar­ke­ting

A l’heure actuelle, il en est de même du ste­via comme de l’aspartame. L’inno­cui­té totale des édul­co­rants sur la san­té n’a pas été prou­vée. La pru­dence reste donc de mise.
Le ste­via se pré­sente éga­le­ment comme un édul­co­rant ayant d’autres ver­tus sur la san­té des consom­ma­teurs : il aurait notam­ment des pro­prié­tés hypo­gly­cé­miantes et dimi­nue­rait la ten­sion arté­rielle. Tou­te­fois, pour les méde­cins inter­ro­gés, ces effets n’ont pas été avé­rés.

Le sucre n’est pas uti­li­sé en bou­lan­ge­rie clas­sique et peu uti­li­sé en bou­lan­ge­rie spé­ciale, mais régu­liè­re­ment en vien­noi­se­rie

Pour le Pain de mie, et le pain vien­nois : La dose moyenne de sucre est de l’ordre de 40 g par kg de farine.

Details Parure Seller About Guerlain Vintage Perfume Uk vmN8w0n

Pour les Pâtes levées, pâtes levées feuille­tées : la dose tourne autour de 110 g par kg de farine.

Retour haut de page

 

Rouge En Eau De Parfum Quatre xBeordC
Plan du site
Remerciements & Crédits

© 2019 Technomitron

Réalisation : aainb.com — Haut ↑